EVALUER, VENDRE, ACQUERIR, LOUER, GERER : L'AGENCE ARBEAU est à même d'assurer toutes les actions concourant à la réussite de votre projet
25 mar

Achetez une maison à Bougival avant l’envolée des taux !

Concept de protection financire

Tout le monde en a entendu parler : la remontée des taux de crédits immobiliers est là. Et elle se poursuit en ce mois de mars. 1,49% : c’est le taux d’intérêt moyen toutes durées confondues, en février 2017, selon l’Observatoire du financement CSA/Crédit Logement. À titre de comparaison, en janvier dernier, ce même taux moyen s’est établi à 1,38%. Alors, que nous réserve l’année 2017 ? La hausse de taux va-t-elle s’accélérer ? Devez-vous vous précipiter et acheter une maison à Bougival avant que les taux de crédits s’envolent ? Pour info : en ce moment, c’est la ruée chez les courtiers. Ce début d’année connaît une très forte activité. Sur les deux premiers mois, Cafpi a enregistré 25% de demandes en plus par rapport à janvier et février 2016. Ce sont ainsi 12 000 dossiers de demandes qui ont été traités contre 9 500 sur la même période l’an dernier. Le point avec Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier Cafpi.

Les taux progressent lentement
Premier indicateur : aujourd’hui, les OAT 10 ans ont retrouvé leur niveau d’il y a un an, les taux sont, eux encore, au-dessous de ceux pratiqués l’an dernier (1,25% contre 1,75% sur 20 ans). « Les OAT 10 ans servent toujours de ligne directrice aux banques pour établir leurs barèmes », précise Philippe Taboret. Les banques continuent de profiter de la politique de Banque Centrale Européenne et disposent donc de liquidités gratuites. Cette situation leur permet d’augmenter leurs taux moins vite que la progression des OAT, car, dans le contexte concurrentiel dans lequel elles évoluent (essor des banques en ligne, loi Macron favorisant le changement de banque), elles se doivent de rester attractives pour poursuivre leur conquête de clientèle.

Une situation qui ne pourra pas durer
Les marges des banques s’en retrouvent réduites, cette situation ne peut être pérenne. En cas de retour de l’inflation, la BCE changera de politique, augmentant le coût de l’argent. « Si ce scénario n’est pas pour demain, la tendance de remontée des taux n’est pas prête de s’arrêter et un changement de politique du côté de la BCE pourrait avoir un impact brutal sur les taux », explique Philippe Taboret.

O.D. / Bazikpress © Richard Villalon

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée